Les actualités d'Eassafe


Les informations concernant les ingrédients des produits alimentaires et cosmétiques sont nombreuses et très diverses. Retrouvez ci-dessous une sélection d'actualités et/ou de nos publications sur la page facebook ou dans les newsletters d'Eassafe.


Etiquetage alimentaire

Newsletter d'Eassafe de décembre 2014

Dans un communiqué de presse du 11 décembre 2014 [1] la Commission Européenne a annoncé que les nouvelles règles d’étiquetage des produits alimentaires dans l’Union Européenne, adoptées en 2011 par le Parlement Européen et le Conseil, s’appliquaient pleinement à compter du 13 décembre 2014.
Après une période transitoire de trois ans dont ont bénéficié les industriels pour s’adapter à cette nouvelle législation, les fabricants de produits alimentaires préemballés doivent donc maintenant respecter les obligations suivantes :

  • Assurer une meilleure lisibilité des informations, avec notamment une taille de police minimale pour les mentions obligatoires
  • Avoir recours à une présentation harmonisée et plus claire des 14 allergènes à étiquetage obligatoire dans la liste des ingrédients pour les denrées alimentaires préemballées, avec mise en évidence grâce à la taille de caractères, au style ou à la couleur de fond
  • Indiquer l’origine des viandes fraiches porcine, ovine, caprine et de volaille
  • Faire mention des nanomatériaux manufacturés figurant parmi les ingrédients
  • Donner des informations spécifiques concernant l’origine végétale des huiles et graisses raffinées
  • Indiquer les ingrédients de substitution pour les succédanés alimentaires
  • Apposer clairement les mentions «viande reconstituée» ou «poisson reconstitué» lorsque c’est le cas
  • Signaler sans équivoque le caractère décongelé des produits.
Des indications obligatoires relatives aux allergènes sont également prévues pour les aliments non préemballés, y compris dans les cafés et les restaurants, et le règlement impose à la vente en ligne et à la vente à distance les mêmes exigences que pour la vente en magasin.
L’obligation de faire figurer certaines informations nutritionnelles sur la majorité des denrées alimentaires transformées , ne prendra effet qu’en 2016.

[1] http://europa.eu/rapid/press-release_IP-14-2560_fr.htm

La methyl-isothiazolinone : des allergies fréquentes

Page Facebook d'Eassafe d'avril 2014

La méthyl-isothiazolinone est un conservateur connu depuis plus de 30 ans, mais de plus en plus utilisé par l'industrie cosmétique ces dernières années en remplacement d'autres molécules comme les parabènes. Il est responsable d'un nombre croissant d'allergies de contact à type d'eczémas.

On le retrouve dans de nombreux produits ménagers (nettoyants de surface, lingettes, liquides vaisselle, adoucissants,...), les produits d'hygiène et cosmétiques (savons, gels douche, shampooings, déodorants, soins pour la peau, maquillage...) mais également dans les produits de bricolage tels que peintures, colles, vernis...
Les circonstances de survenue d'une allergie sont donc diverses et il faut savoir y penser!

L'aspartame : faut-il quand même l'avoir à l'oeil ?

Newsletter d'Eassafe d'avril 2014

Largement utilisé comme édulcorant depuis de nombreuses années l’aspartame fait régulièrement l’objet de polémiques souvent peu ou non argumentées sur le plan scientifique, et reste considéré comme inoffensif aux doses usuelles par les autorités sanitaires.
Un cas clinique publié en 2012 dans Contact Dermatitis attire quand même l’attention quant à la responsabilité potentielle de la molécule dans la survenue d’éruptions cutanées généralisées. Une patiente  sensibilisée au formadéhyde a en effet présenté un eczéma récidivant et persistant des paupières, du cou et des membres manifestement déclenché par la consommation, en quantité importante, de boissons contenant de l’aspartame ; la symptomatologie a régressé après arrêt de la consommation de l’édulcorant, récidivé après une nouvelle ingestion puis complètement disparu après éviction.
Or l’aspartame est transformé en acide aspartique, phénylalanine et méthanol, lequel méthanol est dégradé en formaldéhyde et acide formique. L’acide formique se scinde rapidement en molécule d’eau et en dioxyde de carbone, mais la métabolisation de l’aspartame donne donc bien lieu à la formation de formaldéhyde .
Le méthanol est naturellement présent dans certains aliments, en particulier des fruits, et les quantités dérivées de l’aspartame sont probablement négligeables au regard de celles habituellement consommées, mais cette observation pose la question d’un passage systémique du formaldéhyde lorsque la dose ingérée de l’édulcorant est importante.
Quelques cas d’eczéma potentiellement liés à l’ingestion d’aspartame ont déjà été publiés : ils sont rares mais il est possible que la responsabilité de la molécule ne soit pas suffisamment évoquée. Il est intéressant de noter qu’à chaque fois les lésions concernaient plus particulièrement les paupières.
Une raison pour garder l’aspartame à l’œil ?

Jean-François Fontaine © Eassafe 2016